PETANQUE, SPORTS ET LOISIRS.

PETANQUE, SPORTS ET LOISIRS. dans PRESENTATION 322561-300x206ce-filles-3-300x200 dans PRESENTATIONce2011.jpgchampiondumonde1994.jpg   genevievechpntdumondebruxelle.jpgdsc00716.jpgcm2010.jpgcmphoto.jpgjeuxmediterraneens2009.jpgcenice200928.jpgtropheedesvilles20086.jpgce20091.jpgce2009.jpg

BIDEAU Alain, né le 31 mars 1954 à LIMOGES (87)

Champion du Monde de pétanque en 1985 et 1994. Actuellement Membre de la DTN FFPJP. Après avoir mis fin à ma carrière de joueur en 1995 (à l’age de 41 ans). Je me consacre maintenant à l’entrainement et au coaching, afin de transmettre mon savoir, mon expérience de la pétanque aux plus jeunes et aux futurs joueurs de haut niveau.  

Ce blog est aussi fait pour avoir toujours une pensée pour les Amis qui ne sont plus de ce monde et qui se sont investis dans diverses oeuvres caritatives.

LES COMMENTAIRES ET LES PROPOS DES DIFFERENTS SUJETS N’ENGAGENT QUE MOI.

 

LA HAUTEUR DU HAUT NIVEAU

LA PEUR DE GAGNER.

Cela justement dépend des joueurs et de leur préparation.

Sur cette dernière boule pour la victoire, il y a souvent chez les joueurs deux sortes de réactions.

Celle des joueurs qui tremblent comme une feuille, submergés par l’émotion et l’enjeu, qui sont incapable de finir : 

Nous appelons cela effectivement la peur de gagner.

Et puis, il y a la réaction de ceux qui assument et maîtrisent parfaitement cette situation parce qu’ils se sont préparés mentalement à cette victoire.

C’est les incontournables qui à tout moment font la différence.

Il vaut mieux faire partie de la deuxième catégorie.

LES AUTRES TYPES DE JOUEURS ?

Les autres sont des joueurs qui sont régulièrement dans l’effort, souvent même dans la douleur morale et dans la souffrance.

Ce qui est normal, car ils sont rarement satisfait de leur jeu ou d’eux-mêmes.

Les victoires sont rares, mais ces joueurs ne jouent que pour gagner.

Alors leur frustration est grande et fréquente 

COMPRENDRE QUE : 

Chaque jour est un défi, un test, excitant et différent, c’est un jeu, tout ça.

La vie est un jeu.

Un jeu intelligent, mais un jeu et c’est sympa de jouer non ?

LES QUESTIONS QUE VOUS VOUS POSEZ.

Quelques fois pendant ma partie je ne sens pas le coup.

Comment faire pour arriver à « contrer » cette sensation néfaste et réaliser un bon coup ?

Cette mauvaise sensation qui est assez fréquente, est généralement liée au fait que vous n’avez pas réussi à voir clairement, pendant votre routine, le coup que vous voulez exécuter.

En effet, il est d’abord très important de vous concentrer à imaginer et visualiser la trajectoire de la boule idéale afin de sentir le coup et de pouvoir ainsi engager avec toute l’intensité nécessaire.

Cette préparation visuelle pendant la routine, est justement une phase très importante, et qui ne doit jamais être négligée, car c’est par ce canal visuel 

que toutes les bonnes sensations vont se mettre en place.

ATTENTION ?

Ce que vous pensez ou ce que vous faites percevoir (émotion, nervosité excitation etc.) dans la plupart des cas vous le transmettez !

Exemple : le danger d’un contre ?

      La parole pas juste ?

Sans parole juste la pensée :

En positif ou négatif

PHOTOS JAPON 2010

MERCI Mr MURASE VOUS ETES DES FORMIDABLES.

japonaout2010265.jpgjaponaout2010262.jpgjaponaout20103051.jpgjaponaout2010288.jpgjaponaout2010281.jpgjaponaout201082.jpgjaponaout201077.jpgjaponaout201075.jpgjaponaout201061.jpgjaponaout201060.jpgjaponaout201058.jpgjaponaout201057.jpgjaponaout201039.jpgjaponaout201023.jpg

japonaout2010631.jpgjaponaout20102071.jpg

COMMENT JE SUIS DEVENU ENTRAINEUR ET COACH

Après avoir défendu mes titres de Champion de France 1994 et de Champion du Monde 1994, Je décide d’arrêter la compétition en 1996 après ces deux championnats, après une saturation du haut niveau de la pétanque.

Ensuite je reste quelques années sans pétanque et puis Michel Aubert me demande en 1999 de venir participer à un stage à Limoges.

Et voila coach de l’équipe de France depuis 2002, mais l’entraînement reste ma passion.

Je me sers beaucoup de mon ressenti, j’essaie de transmettre mon expérience du jeu.

Je pense que l’analyse est plus fine si l’on a eu une expérience à haut niveau.

On ressent peut-être d’avantage les choses, surtout si l’on s’adresse à des joueurs de bon niveau.

Bien sûr, le joueur qui débute va avoir besoin qu’on lui apprenne, en fonction de ses capacités, les fondamentaux : position, souplesse et fluidité du geste etc.

Le but étant de trouver la façon de faire jouer la personne de manière à ce qu’elle soit le plus régulière possible.

Depuis que j’entraîne et que je coache, j’ai appris énormément de choses surtout sur le plan humain.

Je forge mon expérience au fur et à mesure des championnats, avec des victoires et des défaites que j’analyse avec rigueur et lucidité.

Je suis très dur avec moi sur les analyses, car coacher des joueurs de haut niveau demande une marge d’erreur minimum.

Pour progresser encore, il faut que je coache et entraîne le plus régulièrement possible.

Pour prendre du plaisir dans ces fonctions, c’est comme les joueurs il faut avoir des sensations, il faut ressentir l’ambiance, le terrain, les joueurs, le staff etc. et en règle générale cela marche.

MA FAMILLE ET LES AMIS

50ansmartine068.jpg50ansmartine123.jpg50ansmartine090.jpg50ansmartine074.jpg50ansmartine139.jpg

NATIONAUX ET INTERNATIONAUX 2009

ruoms200960.jpgruoms200955.jpgruoms200951.jpgruoms200949.jpgruoms200944.jpgruoms200940.jpgruoms200933.jpgruoms200931.jpgruoms200928.jpgruoms200920.jpgruoms20096.jpgruoms200933.jpgruoms200931.jpgruoms200928.jpgruoms200920.jpgilerousse20098.jpgilerousse2009.jpgilerousse200918.jpgilerousse200923.jpgilerousse20091.jpgileroussecorse200935.jpgileroussecorse200930.jpgilerousse200927.jpgilerousse20092.jpg

CHAMPIONNAT D’EUROPE NICE 2009

cenice200950.jpgcenice200937.jpgcenice200934.jpgcenice200953.jpgcenice20093.jpgcenice20096.jpgcenice200928.jpgcenice200917.jpgcenice200918.jpgcenice200913.jpgcenice20094.jpgcenice200927.jpg

EQUIPE DE FRANCE A PESCARA (ITALIE)

jeuxmediterraneens20091.jpgjeuxmediterraneens200923.jpgjeuxmediterraneens20095.jpgjeuxmediterraneens200924.jpgjeuxmediterraneens200932.jpgjeuxmediterraneens200919.jpgjeuxmediterraneens200934.jpgjeuxmediterraneens200964.jpgjeuxmediterraneens200946.jpgjeuxmediterraneens200941.jpgjeuxmediterraneens200969.jpgjeuxmediterraneens200986.jpgjeuxmediterraneens200979.jpgjeuxmediterraneens200974.jpgjeuxmediterraneens200995.jpgjeuxmediterraneens2009131.jpgjeuxmediterraneens2009118.jpgjeuxmediterraneens200997.jpgjeuxmediterraneens20091.jpgjeuxmediterraneens200972.jpg

LES 50 ANS DU CLUB DE PETANQUE DEAUVILLE 2009

Que du Bonheur avec les Amis de la pétanque de Deauville.

deauville200965.jpgdeauville200944.jpgdeauville200980.jpgdeauville200979.jpgdeauville200956.jpgdeauville200985.jpgdeauville200975.jpgdeauville200986.jpgdeauville200977.jpgdeauville200920.jpglemaillotdupresident.jpgchristophealain.jpg

LA CLES DE LA REUSSITE

idees.jpg 

 L’ECHEC N’EXISTE PAS…! APPRENEZ A REUSSIR…!

Qu’est que l’échec ?

On peut définir à la pétanque comme une boule qui ne va pas là où vous l’auriez voulu ou comme une méne qui ne se déroule pas comme vous l’auriez souhaité !

En fin de compte, c’est toujours le résultat qui est un échec et c’est uniquement ce que vous retenez.

C’est la conséquence de ce que vous faîtes qui est un échec, alors ne portez pas votre attention sur le résultat mais sur ce que vous avez fait ou plutôt sur ce que vous n’avez pas fait !!

GERER L’ECHEC OU LES CONSEQUENCES :

Il y a deux façons de gérer l’échec : soit vous vous plaignez de la situation, soit vous apprenez de la situation.

A vous de choisir !

Si vous choisissez « Me plaindre » Je connais mille et une répliques et excuses pour vous aider !

Si vous choisissez « Apprendre » on va pouvoir avancer !

Dans un 1er temps, dites vous bien que la situation n’est jamais permanente et durable dans le temps.

Si vous enchainez des coups désastreux, c’est que vous avez laissé votre cerveau en mode « autosabotage  activé » depuis le 1er coup raté.

Si vous ratez un coup, posez-vous une seule question : « quelle est la raison de ce coup raté ? »

D’une part, vous allez pouvoir passer à autre chose car le coup d’après est une nouvelle situation, mais en plus, vous allez remarquer que la plupart du temps la raison se trouve dans votre préparation.

Cela peut être un mauvais choix tactique, geste technique non maitrisé, la distance, un paramétre que vous n’avez pas pris en compte, un terrain qui vous faisait peur, une mauvaise position, etc, etc, etc….

En apprenant sur chacun de vos coups, vous allez pouvoir définir ce qui vous manque dans votre préparation ‘tu tir ou du point’ et pouvoir vous construire une routine performante.

Cette routine vous permettra de bien vous préparer mais aussi d’être focalisé sur ce que vous êtes en train de faire.

C’est ce que l’on appelle « être dans le présent ».

CONCLUSION :

C’est vous seul qui décidez que la situation est oui ou non un « échec ».

Si vous n’avez rien appris de cette situation, c’est un échec.

En revanche, si vous avez appris quelque chose, c’est une expérience.

Cette expérience deviendra riche si vous vous en servez pour l’avenir et pauvre si vous l’abandonnez sur un coin du terrain !

Quand vous êtes dans le pétrin, transformez-vous « EN GRAND CHAMPION ». Gardez un visage de marbre, sans expression.

Ralentissez votre jeu.

Efforcez-vous de rester impassible et de ne pas céder intérieurement à la colère ou à la frustration.

Adaptez plutôt la stratégie méthodique et prudente qui caractérise les champions lorsqu’ils doivent se sortir d’un mauvais pas. Cela portera ses fruits.

Quelle que soit la difficulté du coup, le champion donne toujours l’impression qu’il va réussir. Ses attitudes sont positives, décidées, posées. Il n’a aucune hésitation et paraît calme, sûr de lui, à la hauteur de la situation.

Lorsque vous devez réussir un point ou un tir important, abordez-le comme le ferait le champion. Exprimez vos intentions à travers vos attitudes comme il le ferait. Servez-vous de ce que vous avez fait aux entraînements et prenez votre temps. Trop d’amateurs bâclent certains coups parce qu’ils ne les aiment pas techniquement, ce qui leur donne une (mauvaise) raison de les rater. Trop de joueurs refusent de s’avouer vaincus par une situation (tirer ou pointer), c’est à dire que l’on vous force à tirer une boule ou pointer alors que mentalement vous savez que vous n’y arriver pas.

En décidant de jouer différemment, vous appliquer ce que vous avez décidé et y parvenir sans encombre car vous vous en savez capable, dans la mesure que cela n’aille pas à l’encontre du jeu !

Du coup, vous devenez un peu plus maître de votre jeu, et vous gagnez forcément en confiance.

Loin d’être une preuve de faiblesse, reconnaître que l’on est incapable de réaliser certains coups est la marque d’un bon stratège et d’un certain courage.

Ce type de décision vous préserve d’une immanquable frustration et vous inscrit dans une spirale de réussite.

Dites-vous plutôt que vous êtes à la hauteur du challenge et positivez.

*Plus on s’approche du sommet, plus on tutoie les détails.

*Que se passe t-il entre l’entraînement et la compétition qui déroute autant de joueurs de leur naturel et leur fait perdre la régularité de leur jeu ?

J’appelle mon coach ou entraineur pour faire un suivi.

Je travaille beaucoup sur mon comportement et mes attitudes.

La pression : je me la suis mise, à vouloir donner trop d’importance aux résultats qu’aux moyens, de ce fait, j’ai perdu mon jeu et je stresse.

Le conseil que je donnerais aux jeunes c’est de s’appuyer sur leurs forces plus que sur leurs faiblesses en partie.

Bien sûr il faut travailler sur les faiblesses à l’entrainement, mais avoir conscience de ses forces et s’appuyer dessus c’est important pour la confiance.

Ne pas montrer et faire sentir vos faiblesses et votre infériorité à vos adversaires.

Pour cela je dois être fort techniquement et mentalement, me sentir bien dans mon jeu plus qu’être en quête du résultat.

J’ai voulu tenter un coup difficile et risqué, plutôt que de jouer tranquillement. Résultat : mon adversaire reprend confiance en lui.

La confiance c’est quoi ?

C’est la conséquense d’un bon travail à l’entraînement et d’une bonne analyse des problémes techniques.

C’est aussi un bon feeling avant et pendant la partie.

Etes vous tendu en début de partie lorsque vous jouez une grosse équipe ?

- Oui, c’est normal, même les plus grands le sont.

Ce que vous avez tendance à faire.

- Vous avez tendance à jouer vite et surtout être dans le rythme de votre adversaire.

Les conseils que je donne le plus souvent.

- Une fois ce mauvais moment passé, retrouvez votre coordination, vitesse et équilibre dans votre geste.

- Ne changez pas votre routine.

- Soyez concentré et jouez votre propre jeu.

- Respirez doucement dans les moments de pression.

- Restez calme et essayez que la bonne adrénaline coule dans vos veines.

PHOTOS DES EQUIPES DE FRANCE DANS LES CONCOURS NATIONAUX

francemonaco20088.jpgfrancemonaco200812.jpgfrancemonaco200813.jpgevreux62008.jpgsevran20082.jpgevreux12008.jpgevreux2008.jpgfranceespoir2007.jpgevreux2007.jpgequipefrance.jpgequipefrancefille.jpgequipedefrancestgalmierjpg.jpgtinqueux200891.jpgtinqueux20081.jpgchampionnatdeurope20087.jpgchampionnatdeurope20083.jpgchampionnatdeurope2008.jpg


123

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

DYLAN ET QUENTIN LES JEUNES... |
lavaldemarnaise2007 |
cocochico |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | crossinternationalduvaldemarne
| Le Sport à Bagnoles de l'Orne
| Haut Couserans Kayak Club -...